24 février 2013

Multinationale ou paquebot ivre ?



- Sciences-Po : la multinationale, V Soulé, Libération, 22 février 2013
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/22/sciences-po-la-multinationale_883917

Portrait d’étudiants de l’antenne du Havre, héritiers des élites internationales.

Longue analyse de la marque Sciences-Po avant la désignation du successeur de Descoings : «L’école a énormément grossi et changé ces dernières années, et elle ressemble à un paquebot ivre, explique un chercheur, dans la maison depuis 1989. Ce que nous attendons de la future direction, c’est qu’elle ouvre le débat sur ses missions et sur son identité : pourquoi ne pas devenir une université européenne ?» Après le tumulte des années Descoings, le futur directeur devra ainsi dessiner un nouvel avenir. Mais il lui faudra d’abord, tout simplement, rassurer ».


- La valse immobile des élites, Alain Garrigou (Nanterre)

« Richard Descoings a échoué à privatiser Sciences Po, puisque le financement public constitue encore 70 % du total. Il a en revanche privatisé les rémunérations des dirigeants en augmentant la sienne à plus de 500 000 euros par an et celle des membres du comité exécutif.

Comme peu d'institutions, Sciences Po a mis en oeuvre la célèbre loi de conservation des élites proposée par Lampedusa (1896-1957) : Il faut que tout change pour que rien ne change. Faire le dos rond pendant l'orage, telle est la stratégie des oligarchies, dont il serait vain d'attendre qu'elles mettent en cause leur autorité ».
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/21/une-crise-revelatrice


- Egalement dans la double page du Monde - 21.02.2013 :
http://www.lemonde.fr/idees/ensemble/2013/02/22/quelle-sciences-politique-pour-sciences-po_1836052_3232.html


. « Le projet pédagogique de Richard Descoings est une formidable réussite » pour Pébereau, un des dirigeants dont le rôle a été mis en cause.

. « Rendez-vous raté avec les sciences sociales » pour Bernard Lacroix (Nanterre)  

. « Ni think tank ni média, l'Institut d'études politiques doit revenir à ses fondamentaux »
Pascal Perrineau, Lucien Jaume

. Des savoirs qui s'enseignent surtout dans les universités. La science politique n’est pas une marque limitée à Sciences-Po Paris. Elle s’enseigne dans les universités, dont Paris 1. Daniel Gaxie (Paris 1)

. La transparence, une idée neuve à Sciences Po. L'institution ne peut pas rester à l'écart des progrès démocratiques selon David Colon, un des candidats potentiels.


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Un poisson nommé Médor

 

Du cheval dans le caviar, Mathieu Lindon, Libération, 22.02.2013
http://www.liberation.fr/economie/2013/02/22/du-cheval-dans-le-caviar_883906


Extraits :
« … le mariage alimentaire pour tous offre la possibilité d’un large renouvellement de la gastronomie ».

« On imagine tous les plats qui s’offrent maintenant à nous : cuisse de sole, aile d’agneau, bœuf de rivière, chevreuil de haute mer, tiramisu de veau, ratatouille de viande, pintade Belle Hélène. Les Américains dévoreront pour Thanksgiving de la dinde de saumon. Les enfants ne pourront plus prétendre qu’il n’y a pas d’arêtes dans le bifteck. Au restaurant, on nous proposera le steak maison. Et vos poireaux, saignants ou à point ? Rosées, vos carottes ? Sans doute qu’on a notre content de bœuf quand même : celui qui n’est pas dans les lasagnes, qui sait si on ne le retrouve pas dans les yaourts ? … A quand un film intitulé Un poisson nommé Médor ?

« Après le scandale des lasagnes contaminées, espérons qu’on ne trouvera pas du cheval dans les prothèses mammaires ni des prothèses mammaires dans les frites. On s’est refait enfariner, d’autant qu’il y a peut-être du cheval dans les farines pour les poissons … ».


- Les farines animales sont de retour : au secours ?
du grain à moudre, jeudi 21.02.2013
avec Corinne Lepage, Jeanne Brugère-Picoux, Christian Roqueirol

A compléter par les sites web mentionnés (INRA)
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-les-farines-animales-sont-de-retour-au-secours-2013-02-21


- USA : Vaste fraude sur le marché américain du poisson
Un tiers de la marchandise vendue est mal étiqueté. L'Europe n'est pas à l'abri de ce type d'escroquerie

Pour évaluer l'importance des espèces communes vendues au prix d'une variété bien plus noble - une forme d'escroquerie très rémunératrice -, Oceana, une ONG américaine a fait procéder de 2010 à 2012 à une analyse ADN de 1 215 échantillons. Les résultats sont sans appel : 33 % des spécimens étudiés ne correspondent pas à l'espèce affichée et portent un étiquetage non conforme à la charte établie par la FDA. Le thon et le vivaneau sont les plus mal étiquetés.


- Qui sont les profiteurs de la malbouffe ?
Jean-Claude Jaillette et Périco Légasse - Marianne 16.02.2013
http://www.marianne.net/Qui-sont-les-profiteurs-de-la-malbouffe_a226713.html


- Le scandale alimentaire qui s'annonce
Fabrice Nicolino, Le Monde, 25.02.2013
Aucune équipe gouvernementale, depuis cinquante ans, n'a osé ouvrir le dossier infernal de l'élevage industriel et de la folie des antibiotiques. Le moment est peut-être venu.
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/25/le-scandale-alimentaire-qui-s-annonce_1838402_3232.html


.
.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,