10 février 2013

Réformer les rythmes scolaires ?

 

Dans la réforme contestée des rythmes scolaires, les médias parlent beaucoup du mercredi matin. Beaucoup moins des 45 minutes journalières à organiser et financer dans toutes les communes.

- Réformer les rythmes scolaires, oui, mais pas n’importe comment !
@Anne Thébaud – Marianne courrier des lecteurs, 09.02.2013

Raccourcir la journée de travail des enfants à Paris, et dans les grandes villes, requiert des structures, des personnels et des moyens financiers dont personne ne dispose encore.

« Je suis enseignante et directrice d'école à Paris. Oublions les textes de loi, volontairement vagues. Oublions les corporatismes, nos préjugés et regardons les faits.
Le but originel et louable de la réforme est de raccourcir la journée de travail des enfants. La plupart des enseignants y sont favorables. Le problème à Paris et dans beaucoup de grandes villes, est que personne ne dispose des structures, des personnels et des moyens financiers pour occuper 137 000 enfants si on les libère en milieu d'après-midi.
La grande nouveauté est la coupure du déjeuner qui durera désormais deux heures quarante-cinq. Un temps qui sera, selon le maire de Paris, le moyen de donner « une chance supplémentaire d'éveil, d'accès à la science, la culture, le sport, la vie » et utilisé pour « permettre aux enfants de profiter de l'important tissu d'activités culturelles de la ville ». Peut-on raisonnablement laisser croire aux parents que, d’une part. on déplace facilement 137 000 enfants en dehors de l'école, et ce quatre fois par semaine toute l'année, et. d'autre part, qu'il existe les structures et les moyens financiers pour accueillir les enfants de ces 662 écoles ? Ces enfants vont donc rester dans l'école la majorité du temps et retourner dans les classes. On n'organise pas des activités culturelles avec 300 enfants rassemblés dans un préau ou une cour. Et qui s'occupera des enfants dans les classes des animateurs
et des vacataires de la Ville de Paris, qu’il faudra recruter pour renforcer les équipes existantes.
En résumé, pour réduire de quarante-cinq minutes le temps d'enseignement par jour, les enseignants passeront le temps du déjeuner à se concerter en salle des maîtres, pendant que les enfants seront en garderie dans les classes avec de jeunes vacataires sans formation. Quel progrès ! »

- Un héritage lourd : les quatre jours de Darcos et Chatel. Marianne
http://www.marianne.net/Quatre-jours-qui-font-mal-a-l-ecole_a182148.html

- Des adversaires déterminés, des arguments à débattre - blog Marianne
http://www.marianne.net/Ecole-primaire-pourquoi-la-semaine-de-cinq-jours-est-une-aberration_a218842.html

- Recteurs et inspecteurs convoqués. Le Café pédagogique
Le ministre a réuni recteurs et inspecteurs à Assas (plus de 1500 personnes). Il les a invités à soutenir sa réforme.
La pédagogie doit passer avant le management :  « Nous sommes des pédagogues et nous avons à faire en sorte que la pédagogie soit au coeur de l'éducation nationale dans les rapports entre nous, avec les parents, avec les collectivités locales ».
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/02/08

Le pédagogue en chef : http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2013/02/08/vp-pedagogue-en-chef


- Un ministre et son splendide isolement - Marianne

http://www.marianne.net/Vincent-Peillon-ou-le-splendide-isolement_a226021.html

La solution politique à court terme : acheter le ralliement des enseignants du primaire ?


- Guide pratique de la réforme des rythmes scolaires à destination des maires
http://cache.media.education.gouv.fr/file/02_Fevrier/52/9/2013_rythmesco_guidel_elus_bdef_240529.pdf
extraits :
Les collectivités pourront proposer un large éventail d’activités visant à favoriser l’épanouissement des enfants, à développer la curiosité intellectuelle et à renforcer leur plaisir d’apprendre et d’être à l’école : activités sportives, artistiques et culturelles, ateliers consacrés au numérique, éducation citoyenne (travail coopératif, projets solidaires, ateliers sur l’environnement et le développement durable), etc.
... Si les devoirs écrits sont supprimés, il subsiste des leçons à apprendre ou des lectures à effectuer. Les études surveillées mises en place par les communes le soir après la classe peuvent donc être intégrées dans le cadre des activités périscolaires.

Ces intervenants doivent être des personnes qualifiées, c’est-à-dire répondre aux conditions posées par l’arrêté du 9 février 2007 modifié fixant les titres et diplômes permettant d’exercer les fonctions d’animation ou de direction en séjours de vacances, en accueils sans hébergement et en accueils de scoutisme
Le maire ou le président d’EPCI peut par ailleurs recourir à des enseignants volontaires pour assurer le temps périscolaire, comme cela est déjà parfois le cas aujourd’hui. Les enseignants sont alors rémunérés et assurés pour cette activité par la collectivité, qui devient, pendant ces heures-là, leur employeur.


PS : Décentralisation : la colère des conseillers d'orientation - Le Monde 10.02.2013
L'exécutif envisage de transférer aux régions de nouvelles compétences sur la formation.



14.02.2013 : Le Ministère communique sur sa réforme :
http://www.education.gouv.fr/cid67139/questions-reponses-sur-la-reforme-des-rythmes-a-l-ecole-primaire.html

 

 





.

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Le développement durable, un oxymore

 


Dominique Pestre, A contre- science - Politiques et savoirs des sociétés contemporaines. Le Seuil, 01.2013
La suite dans les idées - 09.02.2013
http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-comment-fonctionne-vraiment-la-science-aujourd-hui-2013-02-09

présentation de l’émission : « On ne peut désormais comprendre l'activité scientifique qu'en replaçant ses logiques propres dans leur contexte social. Il s'agit de saisir la pratique actuelle des sciences, en révisant les notions constitutives de leur histoire et de leur philosophie, comme l'expérimentation ou la preuve ; de penser les sciences en société, lorsqu'elles quittent le laboratoire et qu'elles interviennent dans les grandes questions économiques, politiques et sociétales (OGM, nucléaire, etc.) ; de faire le point sur le statut des études récentes sur les sciences (Science Studies), en montrant ce qu'elles ont apporté de décisif, mais aussi ce qu'elles ignorent ».
Science studies : http://en.wikipedia.org/wiki/Science_studies

Asymétrie - David Bloor note une asymétrie initiale dans la manière dont les controverses scientifiques sont traitées par les philosophes : on sait ce qui est vrai, on sait ce qui est faux. Pour ceux qui ont eu raison, il n'y a pas grand chose à en dire, sauf à tenter d'explique le succès par la démarche; par contre, ceux qui ont eu tort sont vus socialement, on cherche dans l'ordre du social ce qui les a fait dérailler. La rationalité est plus distribuée et plus complexe, il faut regarder les deux groupes de manière symétrique.
http://en.wikipedia.org/wiki/David_Bloor

La biologie moléculaire (et les biothechnologies) bouscule la société beaucoup plus que la physique ne l'a fait.

Le développement durable, un oxymore - Dans les années 80, c'est un héritage social-démocrate, la volonté de négocier pour combiner trois choses : la croissance, l'environnement et la justice sociale
L'Agenda 21 est une traduction néo-libérale de l'oxymore : seuls les marchés réussiront à combiner les 3.
Ces éléments se retrouvent à la fois dans les discours républicains (cf Bush) et dans les grandes entreprises adeptes du greenwashing.

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,