27 janvier 2013

La Fabrique et les archives

 

A l'occasion de l'ouverture du site de Pierrefitte, La Fabrique a consacré 4 émissions aux Archives.
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire

- Le mercredi, Agnès Magnien, l'actuelle directrice a été invitée.
Isabelle Neuschwander, la directrice précédente a été limogée de façon arbitraire en février 2011.
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4484


- Le jeudi, vers la 43e minute, écouter Steve Kaplan : l'essentiel, ce sont moins les archives, que le travail de l'historien, les questions qu'il pose (en lien avec la société de son temps), et son regard distancié sur les conditions de production de ces archives. [ voilà une nouvelle opportunité pour dénoncer le poncif fréquent dans certains médias : l'archive détiendrait la vérité (toujours) cachée (par qui ?), l'historien ne serait au mieux qu'un plagiaire ou un vulgaire copiste ]

L'archiviste (ou le commis de salle) est parfois vu comme celui qui empêche d'accéder à un document,
Pour SK, c'est aussi celui qui soutient l'historien dans son travail.

SK évoque le tsunami culturaliste, et l'allergie de certains historiens de idées aux archives (cf Roger Chartier).


- Le mardi, vues de Paris, les archives, ce sont beaucoup de rois et de présidents, de reines (cf. les sceaux).
En somme un regard patrimonial sur les archives du pouvoir et de l'administration.

Vu d'en bas, ce sont aussi les traces laissées par LF Pinagot ou par Théophile Maupas.
Les minutes des notaires parisiens pourraient étoffer l'histoire sociale. Mais leur présence aux AN ne semble tenir qu'à une question de place disponible.

2 illustrations personnelles, grâce au travail considérable de numérisation mené par les archives (départementales)

. Avant la création de l'Etat providence, à qui une veuve dans le besoin adresse-t-elle une demande d'aide ? Au conseil municipal et la générosité publique (délibérations du CM, AD 14)
http://controv.free.fr/dossiers/normand/airou/lalandedairou3.htm


. Sur la base d'un calvaire, dans une commune du sud Manche, un nom et une date (Joachim Delepine, 1762)

Les registres paroissiaux donnent accès à des bribes d'histoire familiale, entre mariage, baptêmes et obsèques. Mais l'archive ne produit pas automatiquement l'histoire : ces registres, ils ont attendu deux siècles l'histoire quantitative et le travail des historiens démographes. Le rouge, sous le métier de voiturier, c'est peut-être la marque d'Yves Nédellec, celui a tant fait pour reconstituer les AD de la Manche.


De fait, lors de cette semaine, il aurait été possible d'insister davantage sur 2 aspects :
- le travail important mené dans les AD (cf AD85, AD50 ou le dossier sur St Benoit - AD45)
- l'accueil des lecteurs ordinaires, l'accès aux cartons ou les conditions de travail.

Gallica a été citée. Sauf erreur le scan porte sur l'imprimé, grâce au travail important d'édition des sources menée
dans la seconde partie du XIXe.

L'appareil photo numérique facilite grandement le travail.
Les puristes lui préfèreront la matérialité du crayon à papier.
Et le tarif démesuré longtemps pratiqué à la BNF pour des photos en noir et blanc ...

 

lla-signatures

Registres paroissiaux, Mairie de La Lande d'airou (50) - photo DL


.


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,