30 décembre 2012

Cantonales : vers l'usine à gaz ?

 

L'étonnante usine à gaz électorale prévue par l'exécutif pour les cantonales - Le Monde - 27.12.2012

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/12/27/l-etonnante-usine-a-gaz-electorale-prevue-par-l-executif-pour-les-cantonales_1810594_823448.html

- « Qui a dit que le génie hexagonal n'existait plus ? L'esprit français est encore suffisamment éclairé pour promouvoir un mode de scrutin qui n'a aucun équivalent dans le monde : le scrutin binominal paritaire, qui devrait s'appliquer, si le projet de loi examiné à partir du 15 janvier 2013 au Sénat est adopté, à l'élection en 2015 du conseil départemental, nouvelle dénomination du conseil général ... Ce scrutin consisterait à faire élire, dans chaque canton, non plus un conseiller au scrutin majoritaire à deux tours, mais deux conseillers, se présentant en binôme composé d'un candidat de chaque sexe, chacun ayant un suppléant de même sexe ».

- La réduction par 2 du nombre de cantons va nécessiter une refonte complète de la carte électorale. Un découpage qui suscite déjà la fronde de la droite et des élus ruraux, soucieux de préserver le statu quo.


Les autres points du projet de loi : 
Conseils municipaux : le seuil du scrutin de liste est abaissé de 3500 à 1000 habitants
L'élection au conseil intercommunal sera groupée avec l’élection municipale
A Paris, les 7e, 16e et 17e arrondissements perdent 1 siège, les 10e, 19e et 20e en gagnent un.


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Un Centre national pour l'histoire ?



- Le décret supprimant la Maison de l'histoire de France est paru au JO. Le Monde

Isabelle Backouche et Vincent Duclert qui ont combattu avec vigueur le projet de NS proposent dans Le Monde la création d'un Centre National pour l'Histoire :

« Un Centre national pour l'histoire pourrait être envisagé comme structure légère, innovante et peu coûteuse, capable d'assumer ces différents enjeux que sont aujourd'hui la demande sociale de compréhension du passé, la parcellisation des lieux d'histoire, la transmission du goût de la recherche et de la connaissance ».

« Une telle institution exige pour assumer ces défis de rapprocher les chercheurs et historiens, les professionnels de la conservation et de la muséologie, les acteurs publics et privés, et tous les représentants de la grande diversité des publics ».

« Le Centre pourra en conséquence tenter de répondre aux questions essentielles aux sociétés contemporaines : qu'est-ce que l'histoire ?, qu'est-ce que l'histoire d'une nation ?, qu'est-ce que l'histoire de France ?, quelle politique publique imaginer à l'échelle d'un pays, à l'échelle de l'Europe ? »



- Pendant qu'on enterre la Maison de l’identité nationale,
Peillon rêve d’une éducation patriotique et militaire
- blog Rue 89
http://blogs.rue89.com/journal.histoire/2012/12/30/pendant-quon-enterre-la-maison

« La prochaine loi d’orientation sur l’école s’accompagnera de nouveaux programmes dont la responsabilité reviendrait à un conseil supérieur des programmes. Pourtant, le ministre ne cesse d’intervenir brutalement dans le débat, en dehors des structures de concertation, imposant ses vues sans aucune considération pour les acteurs de l’éducation ».

« Pour ce qui touche à l’enseignement de l’histoire, Peillon le voudrait national, « patriotique », mais aussi militarisé. Quelque chose qui nous ramène loin en arrière, aux débuts la troisième République, période sur laquelle le ministre de l’Education semble faire une étrange fixation ».


.


.

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,