Le sport, au-dela du jeu

Dans l'émission Cultures Monde - 09.07- Patrick Clastres insiste sur les ambivalences de l'olympisme, entre expression de patriotismes parfois exacerbés en nationalismes * et internationalisme par le sport amateur de haut niveau.
Un regard distancié nécessaire.
Face au rouleau compresseur des médias qui exploitent entre deux tunnels de pub la mise en spectacle des compétitions. A leur habitude, en deux semaines, cette forme de téléréalité risque d'aller jusqu'à l'overdose.


* Il est courant de faire la chasse au chauvinisme (« le roman national ») dans les manuels scolaires d'histoire.
Il faudrait aussi regarder du côté des Envoyés Spéciaux du Vide de la TNT : ils ne s'intéressent en général qu'aux seuls sportifs nationaux, présentés comme des êtres d'exception, tellement sûrs de leur triomphe prochain. La déception est souvent au rendez-vous ...  De plus, ces ESV adorent le sport virtuel : ils passent souvent plus de temps à commenter l'approche des épreuves que les vrais résultats de celles-ci.
Lire Pédagogie de la bêtise, le point de vue de françois Bégaudeau dans Le Monde Sport - 28.07.2012


Cultures Monde - 09.07 - 1/4 - Jeux olympiques, instrument diplomatique
avec Patrick Clastres, Alain Nass, Jérôme Gygax
http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-le-sport-au-dela-du-jeu-14-jeux-olympiques-instrument-diplomatique-2012-07-09
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-09.07.2012-ITEMA_20384150-0.mp3

« Il est évident que le télégraphe, les chemins de fer, le téléphone, la recherche passionnée de la science, les congrès, les expositions ont fait plus pour la paix que tous les traités et toutes les conventions diplomatiques. Eh bien j’ai l’espoir que l’athlétisme fera encore plus (…). Exportons des rameurs, des coureurs, des escrimeurs ; voilà le libre-échange de l’avenir et le jour où il sera introduit dans les mœurs de la vieille Europe, la cause de la paix aura reçu un nouvel et puissant appui. Cela suffit pour encourager votre serviteur à songer maintenant à la seconde partie de son programme : le rétablissement des Jeux Olympiques » déclarait Pierre de Coubertin en 1892
Ces jeux devaient être un outil de pacification et de dialogues entre les peuples. La suite a montré les limites de cet espoir


- Les premiers comités sont composés de militaires, de diplomates, de sportmen ; c’est une assemblée de messieurs fortunés, attirés par les mondanités cosmopolites. La cooptation y est la règle, pas l'élection.
cf les annuaires du CIO de 1908 à 2010 - http://www.olympic.org/fr/la-charte-olympique?tab=1#1917


- L'itinérance aide au succès des jeux : Coubertin les veut à Paris en 1900 ; il accepte 1896 en Grèce. Les Grecs ont tenté à plusieurs reprises d’imposer leur pays comme seul lieu d’accueil.

- Samaranch installe une rupture brutale avec l'olympisme modernisé : il met fin au principe de l’amateurisme, il fait du CIO une OING de droit privé suisse, il fait le choix de la médiatisation par la TV commerciale, il va solliciter l’argent des multinationales, il fait des anneaux une marque commerciale. Les mots de la charte sont parfois loin des pratiques réelles : « mettre le sport au service du développement harmonieux de l'homme, en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine »
Les JO ont failli disparaître à plusieurs reprises, les Jeux de Londres en 1948 ont évité aux dirigeants acoquinés avec les dictatures d’avoir à rendre des comptes. L’ONU et le CIO se regardent plutôt en chiens de faïence.


JO, un siècle de passions, Les quatre chemins, 2008
Patrick Clastres s'interroge sur les rapports entre le CIO et les Etats et les organismes internationaux dont l'ONU avec qui, à plusieurs reprises, il fut en conflit au point que de nombreuses contre manifestations, qu'on a oubliées, ont existé : Les jeux de l'Empire Britannique (1930), les Spartakiades (1928), les Olympiades populaires de Barcelone (1936) ou les Paralympiques (1960). Il étudie les relations entre le sport professionnel et le sport amateur, ainsi que les liens étonnants qui se nouent entre l'argent, le dopage et la médiatisation d'une part et les idéaux universels de paix et de loyauté d'autre part.
http://www.franceculture.fr/oeuvre-jeux-olympiques-un-siecle-de-passions-de-patrick-clastres


Cultures Monde - Les autres émissions de la semaine :
10.07 - 2/4 - L'économie des JO
http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-le-sport-au-dela-du-jeu-24-economie-des-jo-l-argent-plus-fort-que-l-or-2012-0
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-10.07.2012-ITEMA_20384393-0.mp3

11.07 - 3/4 - La dictature de la performance
avec Redeker
http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-le-sport-au-dela-du-jeu-34-la-dictature-de-la-performance-2012-07-11
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-11.07.2012-ITEMA_20384645-0.mp3

12.07 - 4/4 - La vie d'un sport
http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-le-sport-au-dela-du-jeu-44-naissance-et-reconnaissance-la-vie-d-un-sport-2012
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-12.07.2012-ITEMA_20384871-0.mp3


L'Histoire utilise en vitrine vendeuse Les JO,du sport,du sang et de la politique, ledébut d'un entretien de 2008 avec Georges Vigarello :
« Les JO sont devenus un immense spectacle retransmis dans le monde entier, en temps réel, par les médias, mobilisant des investissements gigantesques : le budget avoué, cette année, pour Pékin est de 40 milliards de dollars. Nous sommes loin de la morale chevaleresque et de l’affrontement gratuit que souhaitait Coubertin ».
http://www.histoire.presse.fr/web/la-une/les-jeux-olympiques-du-sport-du-sang-et-de-la-politique-26-07-2012-47093


.
.