Cessons de victimiser le FN et ses électeurs
Laurent Muchielli, sociologue - Libération Rebonds, 27.04.2012

extraits :

« C’est un fait, avec 6,4 millions de voix, Marine Le Pen vient d’obtenir presque 18% des suffrages exprimés au premier tour de l’élection présidentielle. Mais cela ne justifie pas qu’elle occupe le centre des commentaires de la vie politique ni que l’on victimise ses électeurs comme beaucoup s’y emploient depuis quelques jours ». Pour ceux qui n'ont la mémoire courte, ce score n'est pas le coup de tonnerre mis en scène par les médias.


« La crise ne justifie pas que l’on devienne raciste, pas plus que le fait d’avoir été victime d’un acte de délinquance. Il faut au contraire combattre résolument ce genre d’amalgames et de pseudo-explications. Combattre sans répit et avec la plus grande détermination la stratégie du bouc émissaire qui est celle de l’extrême droite depuis la fin du XIXe siècle. C’était autrefois la faute aux «métèques» italiens ou polonais, c’est aujourd’hui la faute «aux Arabes et aux Noirs». Le fond du discours n’a jamais changé.

Pour conclure, il faut également dire et redire que si le discours du FN se banalise, c’est aussi parce qu’il a été servi avec une remarquable constance par celui de l’UMP et tout particulièrement par Nicolas Sarkozy et son entourage… Comment imaginer que ce véritable matraquage n’est pour rien dans la peur et le rejet qui s’expriment à travers un vote… »

http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/26/cessons-de-victimiser-le-fn-et-ses-electeurs_814605