23 avril 2012

2012 - P1 - Géo d'un vote - 1

 

[ Le premier tour de la présidentielle a donné des ailes aux concepteurs de logiciels et d'applications cartographiques. Certaines donnent des résultats instantanés, d'autres exigent de la patience ; il faut souvent se contenter des chiffres par départements, mais il est aussi parfois possible de gagner en précision (cantons ou communes). Le Monde s'est essayé aux anamorphoses, mais la carte se fait attendre sur le web ].

Quelques pistes connues, et d'autres croisées grâce à Jérôme Staub (twitter) :

- Avec Géoclip O3,
L'Observatoire des votes permet d'établir des cartes
à partir des chiffres publiés par le ministère de l'intérieur,
par exemple le candidat arrivé en tête au 1er tour,
et de replacer ces résultats dans la durée (1992-2012)
http://franceo3.geoclip.fr/index.php?profil=FV
http://franceo3.geoclip.fr/index.php?profil=FV#i=xd_pres2012_t1.nuance_tete_t1;l=fr;v=map12


2012-P1-Fr-cartes

Présidentielle 2012, candidat arrivé en tête au 1er tour - source Géoclip

 

normandie-2012-p1

Le cas de la Normandie (détail) - source Géoclip


.
- Voir également les cartes des quotidiens (Le Monde, Libération, Le Figaro)
et le site web
http://www.regardscitoyens.org/election-presidentielle-2012-le-live-opendata/


- Les résultats par départements : http://fr2012.election-maps.appspot.com/results/embed?hl=fr

- cartes sur Arcorama (Arc Gis), par départements :
http://www.arcorama.fr/2012/04/presidentielles-2012-les-resultats-sur_23.html

 

- La cartographie (consternante) des votes FN

LP-07-12

source La règle du jeu - http://laregledujeu.org/2012/04/23/

2012-periurb

A venir sur le site du Monde une anamorphose mettant en évidence le vote périurbain
Le vote FN apparaît en gris foncé, en périphérie des métropoles et sur une partie du pourtour méditerranéen.
(présentée sur Canal + dans La Nouvelle Edition)

En 2003, Jacques Lévy utilisait l'image des oeufs sur le plat ... pour parler de gradients d'urbanité.
.

 .

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


50 ans d'aller-retours France - Algérie

 

thenault        mrivet

Sylvie Thénault (O Jacob - Monique Rivet (Métaillé)


- 50 ans d'aller-retours France - Algérie,

diffusion, dans La Fabrique de l'histoire, entre la 9e et la 42e, de 33  minutes extraites d'un débat enregistré
au Forum de Libération à Rennes le 30 mars 2012,
entre l'historienne Sylvie Thenault,
et la romancière Monique Rivet (Le Glacis).

La Fabrique : http://tinyurl.com/8x6yw74
l'émission en mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-20.04.2012-ITEMA_20361988-0.mp3

Le Glacis : En 1956, une jeune prof de lettres nommée en premier poste à Sidi bel Abbès. Elle découvre les codes de la société coloniale. L'arbitraire du régime de l'indigénat a été aboli en 1944, mais le village nègre est à l'écart des quartiers européens, et tout le monde sait à quelle distance se tenir avec l'autre.
http://www.dailymotion.com/video/xnjow3_le-glacis-monique-rivet_creation

L'historienne refuse les termes d'occultation, silence ou tabou ?
La société est pleine de discours et d'affrontements sur ce passé.
S'il y a silence, il ne concerne que l'Etat (en dehors des campagnes électorales)

Sylvie Thénault a publié notamment
Histoire de la guerre d'indépendance algérienne, Flammarion, Paris, 2012
Algérie : des événements à la guerre : idées reçues sur la guerre d'indépendance algérienne, Le Cavalier bleu, Paris, 2012
Violence ordinaire dans l'Algérie coloniale, Odile Jacob, Paris, 2012
http://chs.univ-paris1.fr/spip.php?article42

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

La France des commémorations

 

Rémi Dalisson (U de Rouen), Et la France dans tout cela ? La Fabrique de l'histoire, 20.04.2012
en mp3, au début de l'émission
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-20.04.2012-ITEMA_20361988-0.mp3


extrait :

11 cérémonies nationales honorent des guerres.
Aucun conflit du XXe, victoire ou défaite, n'est oublié dans ces commémorations.

« En écoutant les autorités et les grandes plumes officielles discourir et commémorer,
voire surjouer aux faits de guerre,
l'historien des commémorations ne peut s'empêcher de penser à Barrès,
dans Scènes et doctrine du nationalisme 1905 :
« avec une chaire d'histoire et un cimetière, on a l'essentiel de la patrie ».

si l'enseignement de l'histoire tend à disparaître du système éducatif,
mais aussi de la formation ou de la non-formation des enseignants
depuis la désespérante masterisation,
que reste-t-il pour faire sens et bâtir une nation, un langage commun ?

Rien ou si peu

Il reste les cimetières, et cette obsession du sacrifice guerrier, de la grande figure
comme si la terre gorgée du sang des ancêtres et des morts à venir
suffisait dessiner les contours d'un pays refermé sur son histoire et ses
mythes purement nationaux et militaires;
comme si le sang et la mort étaient les seuls viatiques d'une identité
exclusivement tournée vers le passé, le rituel et ses certitudes ...

... dans cette nostalgie identitaire qui fleure bon le XIXe,
et à laquelle la commémoration de guerre est réduite,
c'est la mémoire fantasmée qui prend le pas sur l'histoire ou sur les histoires
c'est la France qui se replie,
au risque de se couper du reste du monde et de ses évolutions,
en agitant les peurs identitaires dont on sait les conséquences
qu'elles eurent dans le passé et qu'elles ont encore de nos jours ».


Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,