04 avril 2012

Déscolariser l'Art ?

 

- Education à l’art : il faut «déscolariser»
point de vue de Philippe Fenwick Comédien, auteur et metteur en scène - Libération Rebonds

« … Pourquoi chercher à convaincre une classe de trente élèves que la poésie peut être source d’émancipation ? Ne vaudrait-il pas mieux sensibiliser des petits groupes pour que les participants à ces ateliers fassent aimer la poésie à leur entourage - en dehors du lycée - en se montrant fiers de leur production ? »

« Alors, avec l’école et au sein même de celle-ci, faisons en sorte que l’art ne soit plus considéré comme une matière, mais comme «de la matière». Les intervenants doivent rester des artistes qui ont envie de faire partager leur passion, sans y être obligés parce qu’ils reçoivent une subvention. Il est essentiel de donner envie, d’éveiller la curiosité. Sortons le théâtre et la poésie du formol ».
http://www.liberation.fr/societe/01012400017-education-a-l-art-il-faut-descolariser


- A Albi, le blason redoré des Toulouse-Lautrec
En travaux depuis onze ans, le musée consacré au peintre, hobereau du cru, prince des bordels, réouvre le 2 avril
- Le Palais des princes-évêques, un casse-tête et un défi pour l'architecte Philippe Dubois
http://www.lemonde.fr/culture/2012/04/02/toulouse-lautrec

Le Musée connaît Facebook et Youtube. Pour mettre en scène les personnalités de la culture et de la politique.
Pour l'artiste et son oeuvre, sur le web, il faut plutôt faire le détour par Wikimedia Commons, la médiathèque de Wikipedia.

t-lautrec

Au Salon de la rue des Moulins, 1894, Albi
Au Café: Le consommateur et la caissière chlorotique, 1898, Zurich - http://www.kunsthaus.ch/fr/
The Yorck Project: 10.000 Meisterwerke der Malerei
http://commons.wikimedia.org/wiki/Henri_de_Toulouse-Lautrec

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Le président des rentiers

 

- Le système fiscal français avantage les détenteurs de patrimoine - Le Monde Economie
«  Un groupe d'économistes démontre que, de 2002 à 2012, l'impôt sur les revenus s'est allégé plus fortement pour les tranches supérieures. Plus encore que le président des riches, Nicolas Sarkozy a été celui des rentiers ».  Le Monde économie
L’Institut des Politiques Publiques (avec Th. Piketty) http://www.ipp.eu
http://www.ipp.eu/fr/thematiques/politiques-fiscales-et-sociales/
Le rapport en pdf :
http://www.ipp.eu/wp-content/uploads/2011/11/fiscalite-redistribution-rapport-IPP-mars2012.pdf


- La flexibilité du travail, sujet fantôme de la campagne - Le Monde Economie
« A chaque fois que l'austérité s'est abattue sur les voisins de la France, la remise en question de certaines protections des travailleurs a été associée aux mesures de restriction budgétaire. Les syndicats français voient avec inquiétude ces tendances ».
http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/2012/04/02/la-flexibilite



- Le procès d'une profession chahutée par la crise - Le Monde Economie 03.04.2012
http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/2012/04/03/

. Depuis le 5 janvier, les économistes américains doivent déclarer leurs conflits d'intérêts
« Arrivé comme chroniqueur au New York Times, Paul Krugman, Prix Nobel d'économie en 2008, n'a pas immédiatement mentionné aux lecteurs qu'il avait, en 1999, fait partie d'un panel de conseillers d'Enron, ce courtier en énergie où fut découverte une fraude monumentale. Il aurait dû. Cette " erreur " de parcours lui a été reprochée, comme il fut reproché à nombre d'universitaires d'avoir, un jour, flirté avec le monde des affaires.
Un tel oubli ne devrait pas se reproduire. Depuis le 5 janvier, les quelque 17 000 économistes membres de l'American Economic Association (AEA) doivent obéir à un code éthique en sept points ».
http://www.lemonde.fr/economie/2012/04/02/
.

 .

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

En attendant la Peur

 

Au Château, en attendant la Peur - Daniel Schneidermann - Libération
http://www.liberation.fr/politiques/01012399743-au-chateau-en-attendant-la-peur

Extrait :

« … Ne rions pas de NS. Il a tenté, c’est de bonne guerre.

C’est son amie, la Peur. C’est son amante. C’est sa muse. Entre eux, quelle belle histoire. Il l’aime. Il la chouchoute. Il la bichonne. Elle lui a donné tant de joies, tant de triomphes. Il sait si bien la soumettre, la gérer, la modeler, en jouer, comme un peintre de sa palette, un crooner de ses trémolos. Ah quand elle s’est installée, quand elle plane sur le pays, quand il sent trembler dans le soir les campagnes et les banlieues, quand il entend claquer les portes qu’on claquemure, quand jusqu’au fond de ses os il ressent les frissons de la foule, quand il hume le fumet des mille anxiétés, ah il sait si bien alors protéger, rassurer, en déployant policiers et militaires. Il sait si bien poser sa voix, trouver le ton qu’il faut, ferme et caressant à la fois. C’est ainsi qu’il a construit sa légende. C’est ainsi qu’il a soumis le pays. A la force de son instinct, de ses réflexes.

Alors jugez de sa joie, quand apparut miraculeusement un tueur d’enfants et de militaires. Enfin il rajeunissait. Un tueur d’enfants ! Et prénommé Mohamed ! Il était partout. Il se déployait ! Il revivait ! Elle était de retour, la peur, son amie, son amante, sa muse.

Mais pour le dire trivialement : quand ça veut pas, ça veut pas ».

.
- Le président des riches joue plus que jamais la posture d'un candidat anti-système en cohabitation avec les élites et le système médiatique...
http://elysee.blog.lemonde.fr/2012/04/03/


.

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



  1