26 février 2012

Enquête dans la pauvreté ouvrière

 

debine

Deux générations dans la débine: enquête dans la pauvreté ouvrière,
Jean-François Laé & Numa Murard éd.Bayard – La suite dans les idées, 25.02.2012
L'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16260-25.02.2012-ITEMA_20347735-0.mp3

« A la fin des années 1970, Numa Murard et Jean-François Laé avaient conduit une première enquête à Elbeuf, ville ouvrière de Seine Maritime. Dans les cités provisoires édifiées à la hâte pour éponger les bidonvilles et les taudis, les dernières poches de pauvreté semblaient alors devoir s'effacer. Grossière erreur. Aujourd'hui en France, la fragilité des chômeurs de longue durée et des travailleurs pauvres est une réalité familière et presque acceptée, tant elle est massive.

Trente ans après, les deux sociologues sont revenus dans la ville pour y rencontrer les anciens de la cité, leurs enfants et petits-enfants, enregistrer les changements, les formes nouvelles de la vie familiale, l'adaptation à la précarité économique. La parole et les sentiments explosent. Nous saisissons de l'intérieur l'expérience de la pauvreté ».
http://www.bayard-editions.com


[ A confronter au président des riches et au candidat du Medef dont la propagande essaie de tromper les électeurs sur la réalité sociale actuelle. Ses amis ont amassé assez d'argent pour mettre quelques emplâtres temporaires sur les fermetures en cours d'entreprises menacées par la délocalisation.

A Condé sur Noireau, où 330 salariés d'Honeywell ont découvert la brutalité du capitalisme financier, le député ump local fait semblant de découvrir les dégats sociaux et de vilipender les patrons d'Honeywell, au moins le temps d'une campagne de réélection ].

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Les 2 usages d'un très beau mot

 

De nouvelles réactions à la provocation de Guéant, pour compléter le dossier constitué par Le Monde.

- Les deux significations et usages d'un très beau mot
Point de vue de Marcel Detienne, anthropologue et helléniste - Le Monde 23.02.12 

« Qui s'autorise à parler de civilisation au nom des autres devrait savoir que "civiliser" a signifié "domestiquer un peuple barbare", comme il arrive si, par hasard, un empire de circonstance, tel celui de Napoléon III, se taille, se donne par la force un empire colonial, et s'assujettit des millions de sous-hommes, contraints de travailler dans l'espoir de devenir, un jour lointain, "pleinement humains", grâce à l'adoucissement de leurs moeurs et à leur entrée promise dans la religion de leurs missionnaires et administrateurs. Une civilisation, ainsi qu'elle s'est façonnée au cours du XIXe siècle, mérite d'être étudiée comparativement comme elle a commencé à l'être, hier, par des ethnologues. Il leur fallait apprendre à la métropole en rapports circonstanciés les progrès des races de couleur, lesquels de ces indigènes lointains l'on pourrait produire dans les expositions pour témoigner de "la plus grande France".

http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/23/les-deux


- L'humiliant apprentissage du premier député nègre, Hégésippe Legitimus
Point de vue de Gérard Noiriel, historien - Le Monde 23.02.12 

Le premier député noir de la IIIe République s'appelait Hégésippe Légitimus. Fondateur du Parti socialiste guadeloupéen, il devient député de cette île en 1898.
« C'est l'homme primitif en toute sa candeur aimable. On dirait la confession émue d'un orang-outang descendu de son palmier » écrit Le Matin, le 21 septembre 1898.
http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/23/l-humiliant-apprentissage


- Noter l'Autre est absurde
Point de vue d'André Comte-Sponville, philosophe - Le Monde 23.02.12 

Dire que toutes les civilisations se valent, ou qu'elles ne se valent pas toutes, suppose en effet, dans les deux cas, qu'elles valent quelque chose, qu'on puisse à peu près mesurer objectivement. Mais que peut valoir une civilisation, et comment le mesurer ? Par un prix ? Bien sûr que non : une civilisation n'est pas une marchandise, qu'on pourrait acheter ou vendre ! Par une note ?
L'ancien enseignant que je suis pourrait l'envisager, mais pour se rendre compte aussitôt d'une évidente et double absurdité.
La première, c'est que toute évaluation suppose des critères, des normes, des valeurs de référence, qui n'existent qu'à l'intérieur d'une certaine civilisation…
La seconde raison, qui est encore plus forte, c'est qu'une civilisation n'est pas un ensemble homogène et immuable, ni même une collection strictement définie, dont on pourrait calculer, comme dans une classe de collège, la "moyenne".
http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/23/noter-l-autre-est-absurde


- Oui, il est permis d'évaluer les cultures !
Pierre-Henri Tavoillot, membre du Conseil d'analyse de la société, comme Luc Ferry - Le Monde 23.02.12 

Ce dernier texte veut légitimer la provocation de Guéant. Il parle d’œuvres, de repentance, de « civilisation de la démocratie », confondant visiblement civilisation et système politique.
http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/23/oui-il-est-permis

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,