23 décembre 2011

Expérimenter ou innover ?

 

- Malgré les injonctions du ministre, les enseignants expérimentent peu titre Le Monde 20/12/2011

C'est le Haut Conseil de l'Education (HCE) qui l'écrit dans un rapport annuel de 15 pages.
Le HCE fait la distinction entre innovation et expérimentation. L'expérimentation est cadrée et évaluée. L'article 34 de la loi de 2005 est peu mobilisateur : 
il faut obtenir l'autorisation du recteur, se fixer des objectifs, définir un protocole, prévoir des indicateurs d'évaluation. Elle doit être adoptée par un conseil d'école ou un CA, elle est menée pour une durée maximum de cinq ans. Blanquer vante ce qu'il considère comme les expérimentations du cabinet du MEN chatel : internats d'excellence, micro-lycées, ateliers-débats avec les parents. [un détail : les suppressions de postes font-elles également partie de l'expérimentation ?].

Les enseignants préfèrent mener leurs innovations plus spontanées (voyage linguistique, projet pluridisciplinaire, etc. ) dans l'ombre de l'institution... http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/12/20/


- Parents stressés cherchent soutien scolaire - Le Monde 23/12
Revue de l'offre sur le web, payante ou gratuite, en dehors d'Acadomia et des cours Legendre.
http://www.lemonde.fr//2011/12/23/parents-stresses


- Parents, ayez confiance en vous - Libération 23/12
En Ille-et-Vilaine, un projet mené par ATD Quart Monde a permis à des pères et des mères issus de milieux défavorisés de renouer avec les enseignants de leurs enfants. Et de se retrouver dans leur rôle de tuteur.
http://www.liberation.fr/societe/01012379365-parents-ayez-confiance-en-vous

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


La volonté d'un bonheur partagé

 

Sophie Ernst - Porter aussi la volonté d'un bonheur partagé - Le Café 21/12/2011
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/12/21

extraits :
« Les professeurs d'histoire-géographie sont irremplaçables pour faire ce qui relève de leur qualification universitaire : enseigner les connaissances précises qui permettent un traitement distancié de sujets complexes. C'est une des conditions qui permettent de sortir d'un traitement moraliste, doloriste, compassionnel ou culpabilisant ».

« il faut aussi s'occuper, autrement, selon d'autres modalités pédagogiques, de la dimension  impure, au regard de la science, de ces questions « chaudes ». Elles sont dites chaudes, vives, sensibles, ... parce qu'elles carburent à l'anachronisme, à l'appel du présent, sous la pression d'affects et de sentiments difficiles à exprimer sinon sous forme confuse et explosive, faciles à capter par les idéologies les moins recommandables. Nous parlons ici d'émotions, de sentiments, de morale et de politique. De révolte, de ressentiment, de loyauté, de honte, de colère et de justice... Il faut s'en occuper… »

« L'approche historienne est nécessaire, mais pas suffisante…
Il faut la compléter par le travail d’équipes pluridisciplinaires qui s'engagent dans un vrai projet d'éducation ! »

« La méfiance et le doute ainsi induits par nos commémorations (négatives) ne sont pas viables s'ils ne sont pas contrebalancés par une éducation à la citoyenneté, qui libère les énergies créatives. L'espoir. Porter vigoureusement la volonté d'un bonheur partagé, c'est aussi l'héritage que nous avons reçu ».

 

Posté par clioweb à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Lois et génocides

 

- Reconnaissance politique du génocide arménien
Loi n°2001-70 du 29 janvier 2001 relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915 (J.O. du 30 janvier 2001). La France a officiellement reconnu le génocide arménien par la loi du 29 janvier 2001.
http://www.assemblee-nationale.fr/11/dossiers/genocide.asp


- Le 12 octobre 2006, l'Assemblée nationale française adopte, en première lecture, avec cent six voix pour et dix-neuf contre, une proposition de loi de Didier Migaud qui punit sévèrement la négation du génocide arménien. La loi fut bloquée en 2008 par le gouvernement avant son passage au Sénat.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/ta/ta0610.asp

http://fr.wikinews.org/wiki/France_:_les_parlementaires_votent
http://fr.wikipedia.org/wiki/Négation_du_génocide_arménien


N° 1262 - Mission d'information sur les questions mémorielles - 18 novembre 2008
Rapport d'information de M. Bernard Accoyer
http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1262.asp


- Scrutin n° 200 - Le 4 mai 2011, une exception d'irrecevabilité à la proposition de loi, est présentée au Sénat par Jean-Jacques Hyest et est adoptée. Elle permet de bloquer tout débat sur la proposition de loi tendant à réprimer la contestation de l'existence du génocide arménien.
http://www.senat.fr/scrutin-public/2010/scr2010-200.html


- Répression de la contestation de l’existence des génocides reconnus par la loi
Mme Valérie Boyer
Proposition de loi déposée le 18 octobre 2011
http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/lutte_racisme_genocide_armenien.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2011-2012/20120094.asp

Le 22 décembre 2011, l'Assemblée nationale vote à une large majorité une nouvelle proposition de loi condamnant la négation d'un génocide, y compris celui des Arméniens. Le texte, voté à main levée, a été adopté par une très large majorité de la cinquantaine de députés présents, une demi-douzaine votant contre. Cette loi prévoit une peine d'emprisonnement d'un an et 45 000 euros d'amende.
« Ancien président du Sénat, Gérard Larcher a prévenu qu'il ne votera pas ce texte. Encore faudrait-il, pour qu'il ait à se prononcer, que la proposition de loi passe du Palais-Bourbon à celui du Luxembourg. En effet, le premier ministre, François Fillon, n'a pas jugé nécessaire de faire usage de la procédure accélérée. Cette décision rend aléatoire l'adoption définitive de cette proposition de loi avant les élections » écrit Le Monde 22/12/2011.

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,