29 novembre 2011

Une brève histoire de la modernité

 

Dans Les Lundis de l'histoire du 28/11,
Michelle Perrot a invité deux historiens :
Christophe Charle pour Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité , Paris, Armand Colin (2011)
Anne-Marie Thiesse pour Faire les Français. Quelle identité nationale ? Paris, Stock (2010)

L'émission au format mp3

courbet-atelier

Gustave Courbet, L'atelier du peintre, 1855 - Musée d'Orsay - 359 x 598 cm
source : The Web Gallery of Art

- 20e minute : Courbet, L'enterrement à Ornans, L'atelier du peintre

CC vante le rôle de Courbet dans l'invention de la modernité, à côté de Manet.
Ornans, c'est pour lui le scandale d'un tableau de grande dimension qui met au centre des gens ordinaires, pas des grands hommes. 
L'atelier du peintre : c'est une réponse à l'autocélébration de Napoléon lors de l'exposition de 1855, Courbet louant un pavillon face à l'exposition officielle. CC y voit le sacre de l'artiste (au centre, à la place de Napoléon 1er), la femme (modèle ou allégorie de la vérité), un jugement dernier (les amis du peintre parmi les élus, ses adversaires parmi les réprouvés).

.
- vers la 27e minute, Christophe Charle distingue 3 modernités

. Le moment 1830 : retour de la révolution, convergence entre phénomènes esthétiques, politiques et sociaux - les utopies, le romantisme comme un potentiel de relecture de l'avenir

. La modernité classique (pour la France), 1850-1890, naissance de l'art moderne, industrialisation,  lutte en faveur de la démocratie et de la république, 3 éléments au fondement de notre modernité, espoir d'un progrès indéfini

. La modernité problématique, retour critique et doute vers 1900. La modernité n'a pas tenu ses promesses, le grand soir n'arrive pas, le peuple se laisse séduire par des démagogues, le progrès social n'efface pas les inégalités, la guerre n'a pas été abolie, mais les conquêtes coloniales installent les Empires et la concurrence entre pays européens mène à la Grande Guerre.


Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Grand Croix

 

A l'occasion de la décoration par NS d'un ex-putschiste de 1961,
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4736

sur le site de la LDH de Toulon,
- un extrait d'un débat télévisé de 1991 sur l'usage de la torture
- Hélie Denoix de Saint-Marc ou la fabrication d’un mythe
un article de Gilles Manceron diffusé sur le site en avril 2007
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article1977

Extraits :
« ... Aux fonctions qu’il occupait, Saint Marc était parfaitement au courant des méthodes de la Bataille d’Alger, de ce qui se passait à la villa Sésini et à la villa des Roses, et autres lieux de tortures de sinistre mémoire pratiquées par les hommes du 1er REP. Sorte d’attaché de presse du général Massu à partir du mois de mai, son travail consistait à défendre et à justifier aux yeux de l’opinion le rôle de police joué dans le Grand Alger par la 10e division parachutiste. Son passé de résistant déporté et son allure différente de celle de la plupart des autres officiers parachutistes l’avaient fait choisir pour tenter de faire passer auprès de la presse et des hommes politiques venus de France le discours de l’armée destiné à jeter un voile pudique sur la torture et des exécutions sommaires ».

« Ressassant, encore aujourd’hui, la thèse de l’efficacité de la torture, Saint Marc n’a même pas connu l’évolution tardive de son chef d’alors, le général Massu, qui, à la fin de sa vie, a remis en cause le bien fondé de ces méthodes : « Non, la torture n’est pas indispensable en temps de guerre… Quand je repense à l’Algérie, on aurait pu faire les choses différemment ».

« En 2002, Hélie Denoix de Saint-Marc et August von Kageneck, ancien officier de la Wehrmacht, ont publié sous le titre Notre histoire. 1922-1945, un livre fait de dialogues qui témoigne parmi d’autres de la réconciliation franco-allemande pour laquelle von Kageneck avait beaucoup œuvré. La démarche de l’officier allemand était fondée sur la reconnaissance des crimes nazis, qu’il avait tenu à exprimer notamment en se rendant en 2001 à Oradour-sur-Glane. Hélie de Saint Marc n’a pas fait par rapport aux guerres du Viet-Nam et d’Algérie de démarche analogue. Tout au contraire, par une série d’omissions et de contre-vérités, il fait obstacle à l’écriture de l’histoire et reproduit les dissimulations et les reconstructions les plus contestables sur notre passé colonial ».

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,