Le 6 avril, le Grain à moudre a opposé 
Agnès Verdier-Molinié (Les fonctionnaires contre l'Etat)
et Willy Pelletier (L'Etat démantelé).
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-06.04.2011-ITEMA_20278159-0.mp3

Un débat très idéologique, où le représentant de la Fondation Copernic a subi les assauts répétés d'une passionaria de la privatisation intégrale. Pour ces intégristes, tout ce qui perturbe l'accumulation des profits et les salaires mirobolants de quelques-uns est à détruire. Pour eux, Il faudrait tout privatiser, sauf la police et l'armée (mais Bush en Irak ?). WP note que pour ces thatchériens, la protection sociale ne fait pas partie des fonctions normales d'un Etat moderne. Pour eux, l'Etat-policier ne peut servir qu'à protéger un ordre social profondément inégalitaire et injuste.

Dans ce credo qui fait passer l'intérêt de quelques-uns (grands patrons et actionnaires) avant l'existence du plus grand nombre, tout salaire (et tout salarié) modeste est le problème. Leur haine du secteur public est impressionnante, leur vocabulaire est parfaitement rôdé (on ne dit pas privatisation mais délégation (toujours au secteur privé,  jamais en faveur d'une structure sans but lucratif), tout ce qui n'est pas encore précarisé est présenté comme rigide, etc...). 

http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article301

Comment vendre à la découpe le service public :
h
ttp://clioweb.free.fr/debats/decoupe-public.htm


.
Les frères Koch (Wichita) financiers du Tea-Party

En 2010, ils ont dépensé 40 millions de dollars en soutien électoral. Leur chiffre d'affaires (100 Mds $) se répartit entre raffinage pétrolier, gaz, minéraux, papier, chimie et produits financiers. Leur firme est classée parmi les plus grands industriels américains pollueurs ; ils combattent bien entendu «« le mythe dangereux »» du réchauffement climatique et toute forme d'intervention de l'Etat dans l'économie !!

« Les Koch contournent les lois, manipulent la politique » (...) écrit Charles Lewis (CPI)  «  Ils sont la Standard Oil de notre temps ».
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/04/12/