Rentrée 2010 : Les jeunes profs sont privés de formation professionnelle par alternance
. Les chargés de com' de la rue de Grenelle trouveront toujours des prétextes vendables aux médias dominants et des électeurs complaisants.

Décembre 1881 : Ernest Lavisse, dans sa leçon d'ouverture à la Sorbonne détaille cinq parcours * de candidats à l'agrégation d'histoire. La précarité est au rendez-vous, elle est l'héritage de la politique menée par les régimes précédents, notamment le Second Empire (Lavisse fait exception pour Victor Duruy) et par la droite royaliste et cléricale (le parti dit de « l'Ordre » en 1849, le régime dit de « l'Ordre moral » en 1873).

« Le malheur (la débâcle de 1870) nous a appris qu'une économie faite sur l'école coûte cher...» (p 16)

« C’est une règle absolue qu’en toutes sortes d’entreprises on doit laisser au hasard la moindre part, et, quand une institution entend former des professeurs d’histoire et des historiens, elle doit leur fournir les moyens de devenir ce qu’elle veut qu’ils soient » (p 11).

Pour Lavisse, les Républicains de 1881 ont choisi de mettre les moyens. Il évoque la réforme commencée de l'enseignement supérieur et les espérances qu'elle permet (p 15)

 
* Les 5 parcours de profs précaires 

« ... l’an dernier (1880), des professeurs licenciés, délégués dans les lycées à Paris pour y enseigner l’histoire dans les basses classes, ont suivi des conférences préparatoires a l’agrégation faites à la Faculté des lettres de Paris. Nous nous sommes enquis de leur passé et nous avons copie de cet interrogatoire. Cinq avaient passé la trentaine. 

Voici le curriculum vitae de M. A : trente-trois ans; a été maître répétiteur à Valenciennes, Amiens, Paris, jusqu’à l’âge de vingt-huit ans ; ensuite, professeur de grammaire au collège d’Orange, pendant deux ans ; a demandé, sur le conseil du recteur d’Aix, une chaire d’histoire, qu’on lui a donnée à Lunéville ; s’est présenté deux fois à l’agrégation, sans avoir eu le moyen de s’y préparer. ; a échoué. 

M B a trente ans : il a débuté à dix-huit ans ; successivement aspirant-répétiteur à Troyes, à Reims ; maître auxiliaire à Nancy où il a préparé sa licence ès lettres; devenu licencié, a été nommé professeur de seconde à Epinal ; aurait bien voulu être professeur d’histoire ; a, pendant quatre années. attendu une chaire d’histoire; enfin. professeur d’histoire à Commercy et à Compiègne ; s’est préparé à l’agrégation, sans secours; a échoué.

M. C. a trente-deux ans ; il a débuté à vingt ans et est resté cinq ans maître d’études; il désirait enseigner la grammaire, mais on lui a donné une chaire d’histoire qu’il a gardée sept ans ; s’est préparé à l’agrégation de grammaire, sans aucun secours; a échoué ; s’est préparé à l’agrégation d’histoire, sans secours encore; a échoué.

M. D. a trente-quatre ans; il est resté maître d’études pendant quatre ans ; licencié, il aurait voulu enseigner l’histoire; a été professeur de quatrième pendant quatre ans à Guéret ; puis de philosophie et de rhétorique à Saint-Flour. sur réquisition du recteur, qui avait besoin d’un philosophe y est resté trois ans, la pénurie de philosophes persistant; a obtenu enfin la chaire d’histoire du collège de Saintes; s’est préparé à l’agrégation toujours sans secours ni succès.

M. E. a été cinq ans maître d’études, six ans maître élémentaire. Sans oser demander une chaire d’histoire, parce que le professeur d’histoire, ne donnant pas de leçons particulières, est plus pauvre que ses collègues.

Ainsi, de ces cinq jeunes gens. un est devenu professeur d’histoire sur un conseil donné en passant par son recteur; un second est demeuré longtemps professeur de grammaire, quand il voulait être professeur d’histoire; un troisième a été professeur d’histoire quand il voulait être professeur de grammaire; un quatrième a été. plusieurs années durant, philosophe malgré lui; le cinquième a craint de mourir de faim.

Tous les cinq ont un grand mérite : entrés dans l’enseignement public par goût ou par nécessité, ils ne se sont pas endormis ; ils ont conquis le grade de licencié ès lettres après beaucoup d’efforts; puis ils ont affronté le difficile concours de l’agrégation d’histoire, et les premiers échecs ne les ont pas découragés. Quand ils auront enfin touché le but, leurs cheveux grisonneront ».

Ernest Lavisse, L’enseignement historique en Sorbonne et l’éducation nationale, Leçon d’ouverture au cours d’histoire du moyen âge, à la Faculté des Lettres de Paris en décembre 1881 - Extrait de la Revue des Deux Mondes livraison du 15 février 1882

Version texte (à corriger) au format word : http://clioweb.free.fr/textes/gallica/lavisse-1881.doc

- Pierre Nora, Ernest Lavisse, « l'instituteur national »Les Lieux de mémoire, La République, Pédagogie, quarto 1
- Dans Les Collections de L'Histoire n° 44 - 07/2009
Ernest Lavisse, « l'instituteur national », Olivier Loubes
La république a-t-elle besoin de grands hommes ? 
Maurice Agulhon (04/2001 | n°242) 

lavisse

Ernest Lavisse (1842-1922) - source : Académie française
 

lavisse_QEN

source : Gallica :
ftp://ftp.bnf.fr/007/N0070769_PDF_1_-1DM.pdf

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k707699/f3.image.r=.langFR

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k707699/f73.texte.swf