- Thomas Jarry, Autour d’un plan médiéval normand : Le plan parcellaire d’Allemagne (Fleury-sur-Orne) de 1477, Histoire et sociétés rurales Vol. 23, 2005/1. http://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2005-1.htm

Extraits :
« Au sud de l’agglomération de Caen, le marais d’Allemagne (aujourd’hui Fleury-sur-Orne) fit l’objet au XVe siècle d’un dessin parcellaire, conservé dans le fonds de l’abbaye Saint-Étienne de Caen aux Archives départementales du Calvados. Sur près d’un mètre de long, on détaille les microtoponymes, les superficies des parcelles et les noms des tenanciers des 145 ha compris dans un méandre de l’Orne… ».

jarry_2004

source : Th Jarry, Histoire et sociétés rurales - 2005-1

p 172 - Apparemment aisée en raison du caractère immédiat du visuel, l’utilisation des plans comme source historique est un exercice aussi difficile que l’interprétation d’un texte. Confronter les sources cartographiques aux sources archéologiques et textuelles, construire une méthode scientifique et définir les outils de l’analyse géographique sont les conditions primordiales pour répondre à quatre questions : comment le plan a-t-il été dessiné ? quand a-t-il été dessiné ? pourquoi a-t-il été dessiné ? que nous apprend-il sur l’espace et la société rurale ?

p 183 - … Si les plans parcellaires du Moyen Âge sont si peu nombreux, c’est que pour cette époque la plupart des terriers conservés fournissent des descriptions souvent très longues, très précises et très détaillées, qui ne nécessitent pas une représentation du terroir pour remplir la fonction qui leur est dévolue, celle de connaître ou reconnaître des droits perçus sur des terres et des hommes. Les traditions orales et écrites, la reconnaissance par des jurés de la paroisse, suffisent à faire preuve.

j_manoir_bath

Le manoir du bac d’Athis, Th Jarry, HSR 2005-11

p 187 - Le manoir du bac d’Athis avec sa cour et son étable s’élève au bord de l’Orne. Le passage du fleuve par le bac est toujours en activité au milieu du XVIIIe siècle, comme on le constate dans un bail à ferme concédé par l’abbaye Saint-Étienne de Caen à Thomas Le Coq le 9 juin 1759… Plus aucune construction ne figure à cet emplacement sur le plan cadastral ou dans l’état de section de 1809…

p 191 - Sans doute la « liste figurée » de notices parcellaires, placées les unes à côtés des autres, sans échelle ni orientation, reste-t-elle proche du document fiscal originel, et tient-elle lieu surtout d’« aide-mémoire ». Cependant, cette vision de l’espace par bouts et côtés est une des plus anciennes représentations d’un paysage rural et des plus originales, ancêtre des nombreux et magnifiques plans parcellaires qui accompagnent de plus en plus fréquemment les terriers à partir du XVIIe siècle.

ge_fleury

Le plan parcellaire de 1477 concerne le Grand Marais (source : Google Earth)

Le cadastre napoléonien est numérisé, mais son accès est payant

Voir aussi la zone ZI dans le cadastre actuel

.
- Fleury sur Orne et Allemagne
Fleury-sur-Orne est mentionné sous la forme latinisée Alemannia en 1077, en français Allemagne jusqu’en 1916. Elle doit sans doute son nom à une garnison d’Alamans de l'armée romaine préposée à la garde du gué qui franchissait l’Orne à l’époque du Bas-Empire dans le cadre du tractus Armoricanus et Nervicanus.

Le 23 août 1916, le conseil municipal décide un remplacement du nom pour celui de Fleury-devant-Douaumont, commune de la Meuse détruite cette même année lors de la bataille de Verdun au cours de la Première Guerre mondiale. Par décret du 12 avril 1917, le nom de Fleury-sur-Orne devient officiel.
source : Wikipedia