La formation professionnelle des jeunes profs ?
« Il faut savoir qu'il est du devoir de tout enseignant de s'autoformer et les tuteurs sont aussi là pour vous aider… » a répondu une inspectrice lors d'une journée dite de « formation » à Bordeaux… ***

Pour le chef local des ressources humaines : un fonctionnaire est là pour « obéir à sa hiérarchie, et être à sa disposition 35 heures par semaine ».

Par contre l'armée a toujours ses entrées à l'école : « la défense aujourd’hui » ne ressort pas de l’autoformation, mais peut mobiliser, le temps d’un long cours magistral, des militaires (de métier ?), un IPR d'histoire-géographie et un professeur agrégé d'histoire ... « Nous avons été incités à orienter nos élèves en difficulté vers des carrières militaires ! »

Lire le témoignage d'une participante publié par Rue 89 le 15/12/2010 - [repéré par NM]
Ce témoignage et les commentaires illustrent l'ambiance détestable suscitée par une gestion libérale-autoritaire de l'éducation [sur le modèle thatchérien initié par Lombard à France-Telecom ?]

*** « Jusqu'à l'an dernier, les professeurs stagiaires travaillaient à mi-temps, ce qui leur permettait d'entrer dans le métier en suivant une formation en alternance à l'IUFM ». Aujourd'hui, ils se retrouvent devant leur classe sans aucune formation professionnelle initiale, chaque académie bricolant ce qu'elle peut avec les moyens dont elle peut encore disposer ...