22 novembre 2010

Presse, la forme et le fond

Arrêt sur notre rapport à la presse écrite, un rapport toujours ambivalent ...

- Orthographite aiguë
« déserrance » au lieu de « déshérence », « ballades » et « balades »  ... Véronique Maurus s'arrête sur les erreurs repérées par les lecteurs du Monde.
«  La seule circonstance atténuante est la précipitation : écrit dans la nuit mais remanié le matin, à l'heure la plus chaude du bouclage, ce papier (sic) n'a pas bénéficié du délai nécessaire à une relecture attentive »
«  dans l'urgence, la forme s'efface derrière le fond. Les articles sont bons, mais mal relus »
http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/11/20/
Les chroniques précédentes portaient sur le fond : la ligne éditoriale et politique du quotidien.

- Les commentaires des lecteurs internautes sont parfois inquiétants... Sur la haine des fonctionnaires, un sujet qui sert de fond de commerce habituel aux thatchériens et à l'extrême droite, lire (avec beaucoup de distance) les commentaires qui accompagnent cet article de La Tribune.

- Une étude de cas locale.

A nouveau sur l’histoire de la déportation. Cette fois, pas de confusion entre délation et malchance.
Le titre indique Les déportés , la recherche traite des arrestations de juifs ...
Le silence est impressionnant sur les recherches locales menées depuis 65 ans (une liste de 25 noms existe).
Quelques citations : «  il existe beaucoup d'imprécisions sur ces événements... » - «  il y a des imprécisions avec (sic) les sources officielles... ».   L'article prête à un groupe de lycéens le souci de porter « un regard rigoureux » sur cette histoire,  avant de relayer « un appel aux souvenirs des anciens, mêmes (resic) imprécis »...
Un ouvrage qui sert de référence est cité, mais pas Yves Lecouturier, son auteur...
Impossible d'échapper au «  devoir de mémoire » préféré au «  devoir d'histoire » et au « travail de mémoire ».

Que faut-il mettre en cause ? Les sources de l’article ? Le métier du journaliste ?

Posté par clioweb à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Stagiaire impossible

Sur le site web Stagiaire impossible, une lettre à reproduire et à diffuser :
(version au format pdf)

Mesdames, Messieurs,

Nous sommes de nombreux enseignants stagiaires à avoir pris notre poste en cette rentrée 2010. Les conditions d’enseignement et de bonne tenue des cours nous paraissent gravement compromises par la réforme concernant notre formation. Nous œuvrons ensemble pour le présent et le futur de vos enfants, il nous semble donc essentiel de vous informer le plus honnêtement possible sur la détérioration de nos conditions de travail.
Nous commençons désormais notre année de stage à temps plein: 18 heures de cours pour la majorité d’entre nous, contre 6 à 8 heures les années précédentes.

La préparation d’une heure de cours est un exercice totalement nouveau, et demande un temps considérable de préparation (en moyenne 4 heures de préparation pour 1h de cours, soit, en théorie, pour ceux qui n’ont  que des classes de niveaux différents, 90 heures par semaine). A cela s’ajoute une journée de formation, nécessaire car les concours que nous avons passés sont des concours d’érudition, sans pédagogie ni sciences de l’éducation. La formation est indispensable, et nous regrettons qu’elle soit cette année aussi réduite : enseigner, comme tout métier, s’apprend !
Préparation des cours + présence devant les élèves + correction de copies + formation : plus de 60 heures de travail par semaine !

L’augmentation de la charge horaire entre dans le cadre d’économies budgétaires : les stagiaires auparavant à temps partiel occupent désormais des postes à temps plein. Elle rend l’exercice de notre métier impossible. Nous arrivons tous à un état d’épuisement physique et moral qui limite gravement notre capacité à construire et  dispenser des cours épanouissants, variés et dynamiques, ou à être suffisamment disponibles pour les élèves. L’urgence dans laquelle nous travaillons est source d’erreurs, d’improvisations, de tensions et d’énervement, autant de situations préjudiciables à l’ensemble de nos classes et à chacun de nos élèves. Nous sommes privés du temps que nous devrions leur accorder. On relève de nombreux arrêts maladie, voire des démissions, ce qui ne peut que nuire à la bonne progression des élèves, d’autant plus que certaines des classes que nous avons en charge sont des classes à examen.

Jeunes enseignants, nous sommes motivés par un métier que nous avons choisi, que nous aimons, et pour lequel nous souhaitons nous investir, ce que nous ne pouvons pas faire actuellement : nous travaillons dans l’urgence.

Voilà pourquoi nous demandons des conditions décentes d’apprentissage du métier d’enseignant (avec un allègement des heures de cours et un renforcement de notre formation), et entreprenons de nous organiser pour porter cette demande.

Pour nous contacter :
contact@stagiaireimpossible.org
http://blog.stagiaireimpossible.org/

Posté par clioweb à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,