18 novembre 2010

Philadelphie, justice et marché

L’Esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total.
L'ouvrage d'Alain Supiot, publié par Le Seuil en janvier 2010, est à la source d'un article de Sciences Humaines (221, déc 2010), et de la seconde partie de l'émission A plus d'un titre du lundi 15 novembre 2010

vers la 34e - L'Europe est capable de défaire les solidarités, pas d'en impulser de nouvelles
45e - En 1945, la dignité est affirmée comme un principe intangible, fondateur de l'ordre juridique tout entier. Vouloir le mettre en balance avec d'autres droits, cela montre qu'on ne veut rien comprendre.
48e - La Cour de justice européenne échappe à la pondération géopolitique et démographique ; elle sert de tribune à ceux qui sont passés de la dictature du prolétariat à la dictature du marché...

.
« La Déclaration de Philadelphie est un texte pionnier. En mai 1944, elle est la première Déclaration internationale des droits à vocation universelle et son esprit a inspiré les textes qui ont suivi. Elle a fait de la justice sociale une des pierres angulaires du nouvel ordre international qui a émergé des ruines de la guerre ».
http://clioweb.canalblog.com/tag/Philadelphie
« Alain Supiot analyse comment les leçons sociales de l’expérience de la période 1914-1945 ont été oubliées au cours des dernières décennies : à l’objectif de justice sociale a été substitué celui de l’instauration d’un marché total, un marché sans limites ». http://www.ilo.org/public/french/century/information_resources/publ/philadelphia.htm
http://www.ilo.org/ilolex/french/iloconst.htm#annex

Lecture critique par la revue du Mauss permanente (RDMP) :
« Après les monstruosités de la guerre, il s’agissait de bâtir un nouvel ordre international qui ne soit plus fondé sur la force, mais sur le droit et la dignité humaine ; un monde où l’organisation économique serait subordonnée au principe de justice sociale. C’est la perspective inverse qui préside à l’actuel processus de globalisation : à l’objectif de justice sociale a été substitué celui de la libre circulation des capitaux et des marchandises. On indexe les besoins des hommes sur les exigences de la finance, on traite les hommes comme du « capital humain »»
Le fichier comporte la copie de deux vidéos tournées par Médiapart (12 et 10 minutes).
http://www.journaldumauss.net/spip.php?article636

« L’enjeu est donc, aujourd’hui, de réinscrire l’objectif de justice sociale au cœur des politiques nationales et internationales. Cet objectif implique un nouvel encadrement du marché par le droit, et un renouveau de la morale individuelle et collective, par fidélité aux leçons tirées des catastrophes précédentes et par souci d'ouverture sur l’avenir ».
http://www.journaldumauss.net/spip.php?article667

Lire également,
Alain Supiot, « L’Europe gagnée par « l’économie communiste de marché » », Revue du MAUSS permanente, 30 janvier 2008.
http://www.journaldumauss.net/spip.php?article283

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,