Délocaliser le soutien scolaire ? The Guardian 10/09/2010
Une officine londonienne fait du différentiel de salaire entre Nord et Suds un argument de vente...

« Graduates based in India are being trained to give maths tuition to British children over the telephone and online, at all hours of the day and night. A tutoring agency has hired 100 tutors in Punjab and coached them in the primary school curriculum and GCSE and A-level syllabuses, so that they can teach schoolchildren of all ages. The tutors will be available 24 hours a day and seven days a week. They will be paid £7 an hour. The minimum wage in Punjab is £2.52. The agency is charging £12 per lesson, less than half the amount parents would normally pay for one-to-one private tuition ».

En France, les mêmes officines tentent d'exploiter commercialement l'anxiété des jeunes profs, une insécurité liée à la démolition de la formation professionnelle initiale. Dans une de ces boites privées, selon Le Monde Education, on peut acheter « une préparation par correspondance (440 euros par an), des cours du soir ou du samedi (990 euros par an), des stages intensifs (600 euros par stage)... A titre de comparaison, les droits d'inscription à l'université s'élèvent, eux, à 237 euros pour un étudiant de master... ».
Une offre commerciale qui sera peut-être un jour délocalisée en Roumanie ou en Afrique du nord...