24 juillet 2010

L'abus des superlatifs

Conclusion de la Chronique internet 411,
à paraître dans la revue Historiens & Géographes (extraits)

« Réussite  », « Excellence  », « le Meilleur du Meilleur  »…
En Education, ces derniers temps, la communication institutionnelle use et abuse des superlatifs. Bien entendu, « on imagine mal une structure affirmer  : je vais faire le moins bon enseignement ! » ironise la présidente de l’ex-Paris XII dans Rue des écoles (02/07/2010). Cependant, il y aurait beaucoup à dire sur les excès d’une rhétorique qui résulte du croisement de l’idéologie de la compétition et des méthodes du marketing.

Les communicants jonglent avec les mots  : ils vantent le « droit à la formation  » alors que certaines décisions récentes sont une négation du métier de prof  ; ils osent parler de « bien-être au travail  », y compris quand un « management  » fondé sur le stress et la mobilité forcée conduit au suicide plusieurs salariés (les « ressources humaines  » ?).

L’image de l’école publique et laïque pâtit de cette dérive. Les médias ont appris à enfermer l'humain et le social dans une vidéo de 82 secondes ou un article de 250 mots. Ils savent décrire par anticipation la teneur d’une conférence de presse ministérielle mais l’enquête sur le terrain est devenue l’exception. La reconnaissance du travail accompli au quotidien, avec conscience et détermination, par les enseignants ne semble plus être leur priorité.

L’éphémère (la « cagnotte » contre l’absentéisme) l’emporte fréquemment sur le long terme : en décembre, le JDD a protesté vigoureusement contre le sort fait à l’histoire et à la géographie en Terminale S, mais ses confrères sont restés discrets sur les conséquences prévisibles de la suppression de la formation professionnelle par alternance. http://www.100000voixpourlaformation.org

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Les diplômes et le Vatican

- Les diplômes restent l’affaire des universités et non du Vatican
Véronique Soulé dans Libération 23/07/2010

« … l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance ». la chanoine du Latran, 20 décembre 2007.

A la suite de cette provocation, Kouchner a signé un accord de reconnaissance mutuelle des diplômes.
Le Conseil d’Etat vient de le neutraliser et de confirmer le monopole de l’université publique.

- L'excellence a un prix...
coût d'un master de management des ressources humaines (sic) : 234 euros
"diplôme d'université" en management relationnel : 5990 euros... (source Marianne)

Posté par clioweb à 06:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,