- 4 mai 2010 : APHG  - Contre la censure et l’occultation des faits historiques    
                        http://www.aphg.fr/Actualités.htm

Paris, le 4 mai 2010

L’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) s’élève vivement  contre la censure exercée contre un texte d’Ida Grinspan*,  ancienne déportée d’Auschwitz et contre les propos tenus par un leader politique à propos du rôle de Vichy envers les juifs.

Un texte d’Ida Grinspan devait être lu  par les élèves d’un professeur d’Histoire et de Géographie, Nathalie Lanzi** lors de la journée du souvenir de la Déportation le 25  avril 2010  à Parthenay. Dans ce témoignage. Ida Grinspan évoquait les  circonstances de son arrestation  par trois gendarmes. à Jeune-Lié ( près de Melle) dans la nuit du 30 au 31  janvier 1944.  Elle était   âgée de 14 ans. L’adjoint au maire,  ancien gendarme et adjoint,  chargé des affaires patriotiques de la municipalité de Parthenay a été choqué par ce témoignage et a demandé au professeur de remplacer le mot gendarmes par hommes ! ll a ensuite présenté ce texte au maire de Parthenay qui a refusé que ce texte soit lu.

Nous  avons déjà exprimé toute notre solidarité et profonde sympathie à Ida Grispan et notre soutien  à notre collègue Nathalie Lanzi.

D’autre part un leader politique a prétendu dans une émission que le gouvernement du Maréchal Pétain avait sauvé la majeure  partie des juifs en France. C’est nier les deux statuts des juifs (octobre 1940 et juin 1941)  qui les ont exclus de la vie politique, économique, sociale et culturelle et qui les ont spoliés  de leurs biens ; c’est occulter les arrestations de juifs notamment lors de la rafle du  Vel d’Hiv et la complicité de Vichy dans leur déportation vers les camps de la mort. 

L’APHG rappelle l’importance de l’enseignement de  l’Histoire,  en particulier de la Seconde Guerre mondiale, de la  France sous l‘occupation, de l’Etat français et de la Résistance Cet enseignement essentiel dans la formation des jeunes  est confié à des professeurs qui ont  suivi des études universitaires et  ont passé des concours de recrutement de haute valeur scientifique. C’est une mission de service public que d’enseigner ces pages des années noires et aussi glorieuses de notre pays. L’APHG condamne toute forme d’intimidation ou de censure ou d’occultation de notre enseignement et  toute volonté de réviser faussement l’histoire.   

*Ida Grinspan a été envoyée dans un petit village  des Deux Sèvres alors qu’elle avait 10 ans par ses parents inquiets de la situation en 1940. Elle a été   accueillie  chez une nourrice Alice et à l’école  primaire  de Sompt qui aujourd’hui porte son nom par son institutrice Madame Picard. Elle  a raconté son arrestation et sa déportation dans son  livre «  J’ai pas pleuré », paru chez Robert Laffont, co-écrit avec Bertrand Poirot Delpech. C’est un  témoin infatigable qui sillonne la France pour raconter sa déportation dans les collèges et les lycées «  Il faut savoir regarder la vérité en face » a déclaré Ida Grinspan dans une interview.  « Ce que je dis dans ce texte, je le dis chaque fois que j’interviens dans une école, je dis simplement ce qui a été ».

** Nathalie Lanzi enseignante au collège de La Couldre ( Deux Sèvres )qui depuis cinq ans accompagne ses élèves volontaires  aux cérémonies commémoratives. 

Le secrétariat général de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie