28 avril 2010

Vieux tubes

Nicolas Sarkozy et ses vieux tubes

Extraits de la Chronique de Daniel Schneidermann dans Libération
« Comme nul n’en ignore, Nicolas Sarkozy s’est rendu en Seine-Saint-Denis et en a profité pour annoncer un tour de vis sur la sécurité. Une partie de la presse en a fait ses titres, les journaux télévisés ont montré quelques secondes du martial discours. Pourtant, deux grains de sable ont grippé le dispositif ».

« Un excellent article du site du Monde ** (hélas non repris dans le quotidien) a rappelé que la totalité des mesures annoncées par le Président étaient déjà en œuvre, ou que l’arsenal législatif existait déjà ».

« Ce n’était encore rien. Le lendemain soir, l’éternel, l’insupportable, le très agaçant, mais l’indispensable Petit Journal de Canal + ***, avait replongé dans les archives vidéo de l’Elysée. Et montrait, images à l’appui, comment le fameux discours n’était qu’un copier-coller de plusieurs harangues sur le même thème par le même orateur, quelques mois ou quelques années plus tôt... »

«  Dans un régime de storytelling, la véritable impertinence, la plus ravageuse, c’est la mémoire. Face à cette arme-là, l’apparente vulnérabilité présidentielle pose tout de même deux questions. Comment les «spin doctors» de l’Elysée, s’il en reste en cette fin de règne anticipée, peuvent-ils s’imaginer que le procédé fonctionne encore ? Ils ne regardent pas Canal + ? Ils ne surfent pas sur Internet ? Ils ne lisent que le Figaro ? Et si eux-mêmes sont sans illusions, pourquoi envoient-ils le patron dans ces entreprises de ridiculisation à répétition ? Ils espèrent qu’il ne va pas regarder ?… »

«  Autre question, pas moins aiguë : comment les autres journalistes peuvent-ils rendre compte sérieusement de ce déplacement, en faisant comme si ? Comme si les propositions étaient de vraies propositions, les annonces de vraies annonces, en sachant que les montages du Petit Journal vont pulvériser, sulfater, atomiser, réduire à néant, leurs comptes rendus, et donc leur crédibilité… »

.
** Sécurité : quand Nicolas Sarkozy se répète - Le Monde 20/04/2010

«  Il y aura dans chaque bus une liaison directe avec la police..
Suspendre les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire injustifié..
Une action en profondeur contre les trafiquants de drogue...
Les halls d'immeuble...
Des établissements spécialisés...
Un policier référent... »

«  La République ne reculera pas d'un millimètre » a martelé Nicolas Sarkozy. « Le recul, voilà l'ennemi. Un ennemi récurrent : une simple recherche sur le site de l'Elysée montre que Nicolas Sarkozy avait déjà promis qu'il ne reculerait « pas d'un centimètre » sur l'agriculture (6 mars 2010 et 27 octobre 2009), pas plus que sur la politique énergétique industrielle (5 mai 2009), les universités (novembre 2007), la réforme constitutionnelle (juin 2009) ni encore moins sur les réformes indispensables au pays (7 novembre 2007). Le 29 novembre 2007, le chef de l'Etat déclarait d'ailleurs, à propos de « la gravité de la situation dans les quartiers » : « Désormais, la République ne recule pas ».

.
*** Le Petit Journal de Yann Barthès (Le Petit Journal de la semaine, 25 avril 2010) :
http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html%20?nav=1

vers 1 mn 22, après la pub et le spot sur la préparation "physique" des Bleus ...
« Aucune commune, aucun quartier, aucun hall d'immeuble n'échappera à la l'autorité de la Loi (mai 2009) ».

Posté par clioweb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le Waterloo du travail

- Jack Dion, L’assistanat d’Etat, Marianne 24/04/2010 - version temporaire en jpg
« Je récompenserai davantage le travail que l'assistanat » NS.
« Non seulement le sarkozysme restera comme le Waterloo du travail,
mais il aura permis d'instaurer la forme suprême de l'assistanat,
l'assistanat d'Etat au profit exclusif des privilégiés... »
« Voilà qui résume la différence entre le riche et le pauvre : le premier a le droit de fuir ses responsabilités de citoyen alors que le second a le devoir de les assumer, quand bien même il n'en a plus les moyens ».

- « Brest, ce n'est pas la banlieue de New York. C'est en France. Il y a le train pour y aller ».
Rien qui puisse justifier l'annulation d'un déplacement du préposé à la relance... Alain Rémond dans Faut Voir (Marianne)

.
- Dans Le Monde de l'Economie - 27/04/2010
200 économistes réunis à Cambridge contre les dogmes du marché

  - La théorie des marchés efficients s'est dissoute dans l'incertitude et l'irrationalité

  - L'économie est-elle une science ou un art ?

  - La pauvreté recule, les inégalités sont en hausse

Posté par clioweb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]