09 avril 2010

Aigues-Mortes, 17 août 1893

Le massacre des Italiens. Aigues-Mortes, 17 août 1893

La conférence faite le 4 février par Gérard Noiriel et de José Cubero à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration peut être podcastée et écoutée en différé. Elle vérifie une nouvelle fois tout l'intérêt d'une histoire sociale approfondie pour échapper aux clichés journalistiques sur l'identité.
Fichier en mp3 à podcaster

Aigues_M

Aigues-Mortes. La porte de la reine : collision entre les ouvriers français et italiens
Gravure publiée dans Le Monde illustré, 2 novembre 1893

Présentation de la conférence sur le site de la Cité :
« Le 17 août 1893, dans les marais salants d’Aigues-Mortes - où la récolte du sel et les vendanges rassemblaient plusieurs milliers de travailleurs saisonniers - s’est déroulé le plus sanglant « pogrom » de l’histoire française contemporaine, faisant une centaine de victimes (morts ou blessés) parmi les ouvriers italiens.
En dépit des preuves accablantes réunies contre eux, tous les assassins seront acquittés. Ce massacre et ce déni de justice vont placer la France au ban des nations européennes et à deux doigts d’une guerre avec l’Italie. Finalement, afin de préserver la paix, les deux gouvernements choisiront d’enterrer l’affaire.
En mobilisant les outils forgés par la socio-histoire, en exploitant les archives du procès, conservées à Angoulême, Gérard Noiriel revient sur ce drame pour comprendre les raisons d’agir des acteurs du massacre et mettre en lumière le rôle des élites dans la construction de l’innocence nationale. Il analyse les facteurs qui ont conduit à l’occultation de ce pogrom dans la mémoire collective et s’interroge sur la place qu’occupe aujourd’hui l’affaire d’Aigues-Mortes dans la mémoire antiraciste ».

Gérard Noiriel, Le Massacre des Italiens. Aigues-Mortes, 17 août 1893
Présentation du livre sur le site de l'EHESS (extraits):
« Le 17 août 1893, dans les marais salants d’Aigues-Mortes où la récolte du sel rassemblait des centaines de travailleurs français et italiens, s’est déroulé le plus sanglant "pogrom" de l’histoire française contemporaine : des émeutes entre ouvriers ont provoqué la mort d’au moins 8 d’entre eux et fait plus de 50 blessés tous des Italiens massacrés par des Français. En dépit des preuves accablantes réunies contre eux, les assassins furent tous acquittés ».

...« Comment les discours officiels sur la fierté d’être français ont-ils incité les laissés-pour-compte de la République à s’acharner contre les étrangers ? Comment le patronat, les militaires, les journalistes, les juges et les politiciens sont-ils parvenus à échapper à leurs propres responsabilités ? »
http://iris.ehess.fr/document.php?id=1095

.
- CR critique de l'ouvrage par Gilles Heuré dans Telerama n° 3134 - 06 février 2010
« Ce déchaînement de violences, il en décortique les causes. Elles sont économiques, liées à la mainmise par la Compagnie des salins du Midi sur le levage du sel et sur les vignes, activités qui enrichissent quelques-uns et appauvrissent les autres. Elles sont sociales, liées à l'afflux d'un prolétariat saisonnier d'origines diverses (Ardéchois, Piémontais...), appelé pour la récolte du sel et les vendanges, et travaillant dans des conditions extrêmement pénibles, avec concurrence entre salaires ».

.
- Sur le site de Versailles, Olivier Colliard propose un dossier à exploiter en classe de 1ere STG
http://www.histoire.ac-versailles.fr/spip.php?article330


Posté par clioweb à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]