06 octobre 2009

Exit le fantôme

- Philippe Roth, Exit le fantôme.
« Oui, je pense que, désormais, les gens qui lisent et écrivent sont une survivance, presque des fantômes »
.  " Dans Exit le fantôme, mes personnages déplorent que les journalistes culturels ne s'intéressent pas vraiment aux livres"
. "C'est un roman sur le désespoir "...**

Dans cette interview de Philippe Roth,
devinez ce qui a retenu l'attention des titreurs du Monde
... :-):-)

** Roth, extraits de l'article du Monde
" Certes, il y a encore quelques personnes qui lisent vraiment, mais elles sont rares. Lire ce n'est pas acheter des livres et tourner les pages. Lire demande une très singulière concentration. Alors il est plus facile de renoncer et de s'amuser avec tous les gadgets technologiques qui existent aujourd'hui, toutes les distractions auxquelles on peut avoir accès sur son ordinateur, son iPhone, etc."

"Dans Exit le fantôme, mes personnages déplorent que les journalistes culturels ne s'intéressent pas vraiment aux livres, à ce qui fait la singularité de la fiction, mais préfèrent parler autour, chercher le petit détail biographique, la supposée source de tel ou tel propos et noient le livre sous de telles considérations. Quand ils n'écrivent pas de manière péremptoire sur des auteurs dont ils ont lu un seul livre et ne connaissent pas l'oeuvre".

Quand je dis [qu'Exit le fantôme est un livre ] sombre, c'est pour insister sur le fait que c'est un roman sur le désespoir. Tous les personnages sont, d'une certaine manière, désespérés. Pour différentes raisons. C'est un livre sur l'âge, le vieillissement, la perte d'énergie.

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]