14 juillet 2009

La montée du déclassement ...

Non, la montée du déclassement n'est pas un mythe
point de vue de Camille Peugny, sociologue, MdC à Paris VIII, dans Le Monde 13.07.09
http://www.univ-paris8.fr/sociologie/?page_id=1786


« La mesure du déclassement : informer et agir sur les nouvelles réalités sociales »
http://tinyurl.com/pz7rkx
Le Rapport commandé par NKM prétend faire ""la chasse aux idées reçues""
http://www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/tableauideesrecuesvf.pdf


Le déclassement,
CR de l'ouvrage de CP dans Alter éco
CR dans La vie des idées

Un entretien avec Cécile Van de Velde pour "Ressources jeunesse" ( ? )
http://www.ressourcesjeunesse.fr/IMG/pdf/Agora49pp50-58.pdf

"Les classes moyennes vont-elles payer pour la crise ?"
Camille Peugny était un des invités du Grain à moudre hier soir
http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/grain/

Podcaster en mp3 :
http://tinyurl.com/gm-declassement

L'émission insiste sur le décalage croissant entre le niveau élevé de formation
et la réalité des emplois, des statuts et des revenus (la génération des "600 euros" en Grèce).
Il en résulte un intense sentiment de frustration.
Les "déclassés" oscillent alors entre deux tentations : la rébellion et le retrait.
Les situations sont très différentes en Europe, entre nord et sud.

70 % de la population se sent membre des classes moyennes,
mais leur situation économique les met hors société de consommation (2000 euros pour un adulte)
Le capitalisme financier a-t-il encore besoin d'une "classe moyenne" * ?

Comment expliquer ce déclassement en cours ?
La faute à la crise (cf l'Asie en 1997, l'Argentine en 2001-2002) ?
Le passage du compromis fordiste au capitalisme financier ?
Le coût de la production s'est effondré (2 euros pour une basket vendue 70 euros),
tout comme les salaires qui vont avec.

Ces "déclassés" sont très hostiles au libéralisme économique,
et à son individualisation du succès et de l'échec.
CP parle de sensibilité à "l'injustice de proximité" :
On évite de se comparer aux PDG et à leurs salaires délirants,
mais on jalouse le voisin qui travaille 2 heures de moins
et gagne 14 euros de plus par semaine.

Un paradoxe : certains idéologues libéraux-sécuritaires se servent
de cette détresse pour espérer "vendre" davantage de précarisation. :-)

* "Les classes moyennes en quête de définition"
http://www.inegalites.fr/spip.php?article727&id_mot=28


Liberté, Egalité, Fraternité,
chronique d'Olivier Duhamel un 14 juillet (Les Matins)
http://sites.radiofrance.fr/play_aod.php?BR=8811&BD=14072009


Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]